Vous êtes ici

Audience populaire contre la pétrolière Pacific Rubiales Energy en Colombie

Une affiche qui annonce l'Audience populaire

En juillet 2013, une délégation canadienne de 17 personnes s’est rendue à Puerto Gaitán, dans le département de Meta en Colombie, pour participer à l’audience du tribunal populaire sur l’industrie extractive en Colombie. Cette délégation était composée de dirigeants syndicaux, d’un membre de l’Assemblée nationale du Québec et de représentants d’organisations populaires. La consœur Terrylynn Brant, du Cercle national des peuples autochtones, membre de l’AFPC, faisait partie de la délégation.

Une fois en Colombie, la délégation a entendu des témoignages dévastateurs des membres des collectivités autochtones sur la façon dont la société Pacific Rubiales Energy les a déplacés de leurs terres ancestrales et a pollué les sources d’eau environnantes.

Les Sikuani ont barré les camions de la compagnie Pacific Rubiales pour protester les impacts dévastateurs de l’exploitation pétrolière sur les terres autochtones.

Les puits de pétrole récents ont été creusés près des terres autochtones. Les Sikuani sont les principales collectivités autochtones touchées par les activités de la Pacific Rubiales Energy dans le département de Meta. Les délégués ont entendu les témoignages des dirigeants autochtones qui ont dénoncé les activités d’exploitation de la Pacific Rubiales Energy responsables de la pénurie d’eau, due à la contamination des puits d’eau de la collectivité, l’utilisation de forces de sécurité pour restreindre le déplacement des autochtones sur leurs propres terres et la stigmatisation de ceux qui s’opposent à ses activités comme la guérilla.

Les délégués internationaux écoutent les témoignages durant l’audience populaire

Les travailleurs ont décrit les conditions de travail inhumaines dans les champs pétroliers de la Pacific, ainsi que la discrimination et la répression contre ceux qui tentaient de dénoncer ces conditions et d’obtenir des améliorations. Le syndicat des travailleurs pétroliers de Colombie, l’Union sindical obrera (USO), a été invité pour représenter les travailleurs pétroliers qui avaient signé un contrat avec la Pacific Rubiales Energy à Puerto Gaitán, en raison de la série de plaintes sur les conditions de travail, dont les déplorables installations sanitaires des travailleurs dans les champs pétroliers, les logements exigus, l’utilisation de lits par « quart de sommeil » (un système où un lit est partagé par quart entre plusieurs travailleurs), l'accès insuffisant à de l’eau potable, l'insécurité d’emploi due à des contrats de 28 jours et le travail non rémunéré.  

La réponse de la Pacific Rubiales Energy a été le congédiement de 90 % des travailleurs affiliés à l'USO en plus de faire planer la menace de chômage pour décourager tout appui au syndicat et toute activité syndicale. Depuis 2011, le conflit entre l’entreprise, ses travailleurs et la population locale s’est soldé par de nombreuses violations des droits du travail et de la personne.

Un rapport complet des audiences est disponible en français sur le site Internet du Projet Accompagnement Solidarité Colombie.

Mise à jour le: 10 Février 2016