Vous êtes ici

Fonds Roberto Miranda pour l’éducation - Guatemala

Le Fonds Roberto Miranda a été créé en 2011 en appui au travail de solidarité et d’éducation au Guatemala. Il contribue au financement du Centro de acción legal, ambiental y social (CALAS, centre pour le droit de l’environnement et l’action sociale), un des principaux centres pour la justice climatique au Guatemala. Le travail du CALAS est devenu de plus en plus crucial avec la hausse des investissements canadiens au Guatemala.

Le village Las Flores dit Non à l'explotation minièreRécemment, le CALAS a accompagné la collectivité de San Rafael dans ses démarches juridiques contre la société minière San Rafael, une filiale de la multinationale canado-américaine Tahoe Resources, dont 40 % des actions sont détenues par Goldcorp. En avril 2013, le service de sécurité privée de la minière a fait feu sur des membres de la collectivité, blessant six agriculteurs et un étudiant. Toujours en avril, le domicile de l’avocat du CALAS, Rafael Maldonado, a été saccagé pour la deuxième fois, le bureau du CALAS a été la cible de coups de feu et des menaces de mort ont été proférées contre le directeur du CALAS, Yuri Melini. Le CALAS refuse de se laisser intimider et continue ses poursuites contre l’entreprise devant les tribunaux. Rafael Maldonado a été accueilli par le FJS lors d’une activité de sensibilisation de l’AFPC en mars 2014. Les sept victimes ont déposé une requête en jugement à la Cour de la Colombie-Britannique pour que Tahoe soit tenu responsable de leurs blessures sur le plan juridique. Ils sont représentés par le CALAS au Guatemala et par un cabinet d’avocats de Vancouver et le Centre canadien pour la justice internationale au Canada. Il s’agit d’une première poursuite au civil contre une société minière canadienne en C.-B. pour l’usage de la violence dans un autre pays. Trois autres poursuites contre les agissements de sociétés minières canadiennes au Guatemala s’acheminent vers des procès à Toronto.

Yuri Melini, directeur de CALASLe CALAS joue un rôle d’éducation important auprès des délégations du projet Éducation à l’œuvre qui chaque année se rendent au Guatemala, et donnent l’occasion aux membres de l’AFPC d’entendre les préoccupations des collectivités mayas qui sont confrontées à la répression et au déplacement imputables à des sociétés minières canadiennes.   

Mise à jour le: 26 Janvier 2016