Vous êtes ici

Délégation « Femmes de courage » en République démocratique du Congo

Canadian delegation with Héritiers de la justice

Délégation canadienne avec Héritiers de la justice

Du 16 au 30 juin 2013, Danielle Dubuc, vice-présidente des Travailleurs de couleur au conseil du CTC et vice-présidente nationale suppléante de l’AFPC a rejoint la Délégation « Femmes de courage » pour visiter des régions de la République démocratique du Congo (RDC) où la violence contre les femmes est prévalente. La délégation a pris connaissance du travail de transformation mené par Héritiers de la justice (HJ), qui tient une clinique juridique. En accompagnant, formant et appuyant les survivants de violences sexuelles, HJ aide les femmes à réintégrer pleinement leur famille et leur communauté, grâce à des fonds de KAIROS et du Fonds de justice sociale.

Danielle Dubuc with Chantal Bilulu, Director of Women and Children’s program, HJ

Coordonnatrice du programme des femmes et des enfants, HJ et Danielle Dubuc

Héritiers de la justice enseigne la prévention et offre de l’appui parajuridique aux communautés et aux écoles locales. HJ réunit des groupes de femmes pour partager leurs expériences et les recruter comme porte-parole de leur communauté. Elle les forme comme aides-parajuristes pour mener des actions en justice. Enfin, elle fait faire un pas de géant à la société en matière de violence faite aux femmes.

La délégation « Femmes de courage » a voyagé partout dans la région et rencontré des représentations des gouvernements en DRC, au Rwanda et au Burundi. Elle a aussi rencontré des dirigeants religieux, des organismes de la société civile qui forment les femmes sur les questions de pauvreté, de violence et d’égalité pour qu’elles deviennent actrices de changement.

 « Laissez-moi vous parler d’Éliza, une femme qui nous a vraiment inspirés, raconte Danielle Dubuc. Une nuit, des soldats ont fait irruption chez elle et lui ont demandé à manger. Le mari d’Éliza a refusé. Les soldats l’ont donc ligoté, ont tué leurs deux fils et ont violé Éliza. Ensuite, ils ont tué son mari. L’une de ses filles l’a trouvée ensuite et est allée chercher de l’aide auprès des Héritiers de la Justice. On a mené Éliza à l’hôpital Panzi, mondialement connu pour traiter les survivantes de violences sexuelles. Eliza Elle a survécu et défend désormais la justice en aidant d’autres femmes.  C’est une porte-parole inspirante pour HJ »

Eliza

Eliza

« Mais Hériters de la justice à aussi plusieurs défis :La grandeur de la province du Sud-Kivu, la non-gratuité de l’éducation et le manque de financement pour défendre leurs causes juridiques et de faire de la  prévention dans les communautés. Les cas d’enfants issus du viol et qui sont par la suite abandonnés à leurs sorts en plus qui se retrouvent majoritairement dans la forêt seuls à se débrouiller est un qui m’a le plus bouleversée. »

« Malgré son riche potentiel minier, la RDC n’a pas su transformer ses atouts en développement positif. Les minières étrangères en RDC n’en font pas assez pour respecter les droits de la personne et partager leurs bénéfices avec la population locale. Plus de 70 % de ces minières sont canadiennes. Je crois donc que le Canada pourrait en faire plus pour mettre sur pied des mécanismes pour que ces minières rendent des comptes. 

C’est pourquoi KAIROS a porté un message d’espoir au Parlement canadien le 5 décembre 2013, alors que la délégation « Femmes de courage » a rencontré des parlementaires pour discuter des gestes que pourrait poser le Canada pour favoriser la paix et la stabilité dans cette région troublée. »

Mise à jour le: 18 Février 2016