Vous êtes ici

Au Guatemala : L’Éducation à l’œuvre, source d’inspiration pour les membres

Working on the new roof for a new kitchen in Quixayá

Quatre jeunes travailleuses ont été sélectionnées pour participer à la délégation L’Éducation à l’œuvre 2015 au Guatemala, du 6 au 20 mars 2015 : les consœurs Amanda Buffalo, SEY, Whitehorse; Stephanie Vandewaeter, SDI, Calgary; Krysty Munns, section locale 30048 du Syndicat de l’Agriculture, Lethbridge et Michaele Kearns, section locale 60400 du SEN, Frédéricton. Les jeunes travailleuses ont reçu une subvention pour défrayer le coût de leurs dépenses et de leurs billets d’avion, mais elles utiliseront leurs propres congés. En outre, la délégation compte deux membres qui assument les coûts de leur participation à la délégation cette année : les consœurs Linda Koenders, présidente d’une section locale du SEI, RCN et Zaklina Mazur, de la section locale 0014 du Syndicat de l’Agriculture, Ontario.

L’Éducation à l’œuvre a inspiré de nombreux membres de l’AFPC à contribuer à des projets de véritable solidarité au Guatemala. Depuis que Roberto Miranda, membre de l’AFPC, a créé L’Éducation à l’œuvre en 2006, 27 de nos membres ont participé au programme de construction de maisons pour des familles rurales démunies du Haut Plateau du Guatemala. Jusqu’à maintenant, on a construit 82 maisons, 3 écoles et 3 centres communautaires. Dans le cadre de ce projet, nos membres travaillent côte à côte avec des familles autochtones membres d’une coopérative d’agriculteurs guatémaltèques, le Comité Campesino del Altiplano (CCDA), une organisation de la base qui travaille avec les agriculteurs mayas pour améliorer leur niveau de vie.

Depuis 1982, le CCDA défend les droits économiques, sociaux et culturels des Mayas, lutte pour une répartition équitable des terres, réalise du développement agricole durable et favorise l’autonomie économique des femmes.

Le CCDA produit du café biologique et équitable, le Café Justicia, qui est vendu par des bénévoles un peu partout au Canada. Le café est distribué par le bureau du FJS à Ottawa. Tous les profits servent à la construction de maisons, à la rémunération d’une enseignante à temps plein, à l’amélioration de l’accès à l’eau potable, ainsi qu’à la sécurité alimentaire de la population et l’augmentation de la production de café.

Voir le rapport de Stephanie Vandewaeter sur sur la délégation à l'éducation à l'oeuvre au Guatemala

Mise à jour le: 24 Février 2016