Vous êtes ici

Les travailleuses et travailleurs canadiens et colombiens des Premières lignes à la défense des services publics

 

Rencontre avec la collectivité afro-colombienne déplacée en raison de l’agrandissement du port à BuenaventuraEn juillet 2015, la consœur Sharon De Sousa, VPER de l’AFPC pour l’Ontario, et le confrère Marc Brière, vice-président national du SEI, ont participé à une mission des Premières lignes en Colombie pour réaffirmer la solidarité qui s’est nouée entre les travailleuses et travailleurs des secteurs publics de la Colombie et du Canada au cours des 10 dernières années.

Premières lignes est un programme d’échange qui compte sur l’appui de quatre syndicats nationaux du secteur public : le STTP, l’AFPC, le SCFP et le SNEGSP et vise à développer une solidarité mutuelle entre les travailleuses et travailleurs du service public du Canada et de la Colombie dans leur lutter pour mettre un terme à la privatisation des biens et des services.

Durant la mission, les 11 membres de la délégation ont pu voir comment l’Accord de libre-échange Canada-Colombie encourage les partenariats publics privés, la privatisation des services publics et les investissements directs des sociétés minières, pétrolières et gazières canadiennes, responsables du déplacement massif d’agriculteurs, de nations autochtones et d’une collectivité afro-colombienne de leurs terres ancestrales.

 La Federación Nacional de Trabajadores al Servicio del Estado (Fenaltrase) partage ses préoccupations avec les déléguées et délégués canadiens

La délégation a également rencontré le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, qui essaie maintenant d’organiser le secteur des entreprises de courrier privées qui a remplacé en grande partie le service postal public après le démantèlement brutal et la privatisation de la société d’État par le gouvernement.

Les travailleuses et travailleurs hospitaliers et les syndicats représentant les travailleuses et travailleurs du ministère des Impôts nationaux et Douanes et du ministère de la Justice ont rencontré la délégation pour leur faire part des énormes obstacles et de la répression qu’ils doivent affronter dans l’exercice de leur droit à la négociation collective dans le secteur public. 

 

Solidarité avec les travailleurs pétroliers à la raffinerie de Cajamarquilla

Le syndicat des travailleurs de la société pétrolière d’État, ECOPETROL, a abordé sa lutte historique pour le maintien de la propriété publique des ressources pétrolières, pendant que le gouvernement accorde plus de droits d’exploitation et de développement de la ressource aux sociétés multinationales comme la Pacific Rubiales, dont le siège social se trouve au Canada. Il est devenu manifeste que les collectivités et les syndicats s’opposant à la privatisation et aux déplacements sont traités comme des criminels et sont muselés par les lois ou la violence directe, comme dans le cas des travailleurs pétroliers qui ont vu de leurs dirigeants être assassinés.

À la fin de la tournée, la délégation a rencontré des représentants de l’ambassade canadienne à Bogota et a exprimé ses préoccupations concernant la répression en cours contre les dirigeantes et dirigeants syndicaux, les personnes qui défendent les droits de la personne et les collectivités déplacées ciblés par les forces militaires et paramilitaires dans le pays. La Colombie se trouve en plein milieu d’un processus de paix précaire et notre solidarité est cruciale en ce moment.  

 

Mise à jour le: 1 Mars 2016