Vous êtes ici

Philippines : intervention lors du puissant méga typhon Haiyan

Photo: OXFAM

L’AFPC est intervenu rapidement lorsque le typhon Haiyan s’est abattu sur les Philippines le 8 novembre 2013. Considéré comme la pire catastrophe naturelle de toute l’histoire du pays, ce typhon a laissé 10 000 morts et des millions de sans-abri. Dans l’espace de quelques jours, le FJS a recueilli près de 22 000 $ du Syndicat des employé.e.s du Nunavut, de l’Union canadienne des travailleurs des transports, de l’Union des employées et employés nationaux et de sections locales de tout le pays. Les secours d’urgence suivants ont été immédiatement acheminés :

  • 10 000 $ vers OXFAM qui avait déjà du personnel et du matériel sur le terrain aux Philippines, pour fournir de l’eau potable, des trousses d’hygiène, ainsi que des outils et du matériel de construction;
  • 5 000 $ vers l’organisation des syndicats du secteur public, la Confederation for Unity, Recognition and Advancement of Government Employees (COURAGE), pour aider les travailleuses et travailleurs du secteur public à reconstruire leur vie et leurs collectivités.
  •  5 000 $ vers Sagip Migrante, un organisme communautaire philippin, en vue de fournir des abris, de l’eau, des installations sanitaires, de la nourriture et de l’éclairage solaire à un vaste réseau de collectivités pauvres, ainsi que des lignes téléphoniques d’urgence pour réunir des centaines de familles.
  • 2 000$ pour un fonds d’urgence du STN destiné au Club Rotary de Bacolod 

Photo: OXFAM

 

Rapport de Chris Potyock, VPR du STN, Région de Great Slave

Un membre de l’AFPC a pu constater sur place la force et l’ingéniosité du peuple philippin pour la reconstruction. Chris Potyok, vice-président régional de la région nord du Grand lac des Esclaves, du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Nord (STN) s’est rendu à Bacolod, un secteur sévèrement touché. Avant son départ, Chris avait recueilli 2 000 $ du STN, auquel s’est ajouté un fonds de contrepartie du FJS. 

Photo: C. Potyock

En décembre 2013, j’ai effectué un voyage aux Philippines en compagnie de mon épouse Star. Cela faisait huit mois que nous préparions nos vacances, mais le passage du typhon Haiyan tout juste au nord de la région que nous allions visiter nous a poussés à aider les gens durement touchés par cette tempête. J’ai donc communiqué avec les dirigeants du STN, qui ont généreusement offert un don de 2 000 $ pour les secours d’urgence, une somme égalée par le Fonds de justice sociale.

Nous hésitions à donner cet argent à une grande agence gouvernementale et nous avons réfléchi à d’autres solutions. Mon épouse a contacté une amie proche qui vit aux Philippines. Son mari était membre du Club Rotary, qui s’occupait en bonne partie des secours d’urgence dans leur région. Comme le STN travaille étroitement avec le Club Rotary ici même, nous pensions que ce serait une excellente façon de s’assurer que les dons sont versés aux gens qui en ont le plus besoin.

Photo: C. Potyock

Le Club Rotary du nord de Bacolod a donc servi d’organisme intermédiaire pour acheminer les dons. Nous sommes arrivés aux Philippines le 12 décembre et le lendemain, nous étions invités à la soirée de Noël du Club Rotary. Nous avons reçu un accueil chaleureux et avons eu droit à un magnifique repas ainsi qu’à une plaque de reconnaissance pour les dons reçus.

Le 20 décembre, on nous a fait visiter Old Sagay, une ville située au nord de Negros à environ deux heures de route de l’endroit où nous habitions. C’est là que le Club Rotary effectuait son aide humanitaire. Les travaux de nettoyage étaient pratiquement terminés, mais il restait de nombreux arbres déracinés et certaines maisons n’étaient plus qu’un tas de débris. Une réception avait été organisée à l’école du village. Plus de 100 élèves et professeurs ont chanté en chœur pour nous remercier. Nous leur avons distribué des jus et des sandwichs offerts gracieusement par le Club Rotary. Nous avons appris que les dons du syndicat avaient servi à réparer 49 maisons dévastées par la tempête et à acheter des lampes solaires.

People eating relief suppliesPhoto: C. Potyock

Plus tard dans la journée, nous avons fait une petite traversée en bateau vers l’île Suyak, fortement ravagée par le typhon. Les travaux de nettoyage étaient presque terminés là aussi et les réparations allaient bon train. Nous avons rencontré des représentants du village, qui ont exprimé leur gratitude par des chansons et des célébrations. Tout compte fait, je crois que nos dons et notre visite ont grandement rejailli sur l’image du STN et des syndicats en général et j’espère que cela ouvrira la voie à d’autres occasions de militantisme syndical dans la région.

Mise à jour le: 19 Janvier 2015