Vous êtes ici

Un soutien aux associations paysannes en Haïti (2013)

Les paysans et les travailleurs et travailleuses agricoles font partie de la population la plus vulnérable d’Haïti. Ils n’ont peu ou pas accès à des terres productives, à l’infrastructure, au crédit ou aux marchés. Depuis le tremblement de terre de janvier 2010, la dépendance envers la distribution de nourriture est devenue un grave problème pour les populations urbaines et rurales, d’où la nécessité de renforcer la production locale de nourriture et d’éviter que la migration vers la capitale continue.

Le FJS a accepté de financer un programme d’amélioration socio-économique des associations paysammes par l’entremise du Centre international de solidarité ouvrière (CISO). Grâce aux fonds de contrepartie du gouvernement québécois, le CISO appuie l’Institut culturel Karl Lévêque (ICKL) pour l’appui aux réseaux de paysans appauvris et leur formation, en vue de construire une démocratie où l’emploi, le logement, l’éducation, l’alphabétisme et les soins de santé seront disponibles pour tout le monde. L’Institut appuie les paysans depuis plusieurs années dans le développement de leur économie sociale ou solidaire, au moyen de projets liés aux méthodes d’agriculture et d’élevage.

Il est urgent que les produits locaux soient utilisés et transformés pour assurer la diminution de la dépendance envers les produits importés, un plus grand appui aux producteurs locaux et l’amélioration de la nutrition et des conditions de vie de la population locale. La participation accrue des femmes dans la production, la gestion et le respect de l’environnement constituent deux aspects des projets nécessaires à la viabilité à long terme.

Mise à jour le: 25 Février 2016